AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De nombreux PVs et avatars encore disponibles!
Si vous avez un compte PRD/Bazzart, laissez donc un petit mot sur les pubs! ici & ici ♥️
La deuxième version du forum arrive très bientôt!

Partagez | 
 

 Dean&Castiel « I need to speak to you. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
AdminouLa mort vous guette


▬ Date d'inscription : 07/02/2012
▬ Messages : 540
▬ Localisation : Dans ton c*l, troisième porte à droite.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Je suis surbooké(e) pour le moment.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Jeu 22 Mar - 21:33


→ DEAN W. & CASTIEL« Traces of sadness, no more chaining me to the ground. I am limitless ever since you came around. »

    Je me sens tellement bizarre, jamais je n’aurais cru que le fait de devenir un des cavaliers changerait autant ma vie maintenant, je sais à quel point c’est dur, je comprends les paroles qu’il m’a dit avant de me remettre la bague. Je me souviens de cet instant, comme si c’était hier ou bien encore il y a quelques minutes à peine. Je me mords lentement la lèvre inférieure, revenant à la réalité, regardant le livre que j’ai en main. J’ignore pourquoi, j’ai voulu le bouquiner à dire vrai, je ne m’en souviens plus du tout. Je le repose lâchant un long soupire, passant rapidement mes mains sur mon visage puis je me lève, jetant la bouteille de bière vide puis je file en reprendre une autre. Je me demande si j’ai bien fait le bon choix, je l’ai plutôt fait sur un coup de tête …du moins pas vraiment, j’étais déterminé mais, est-ce que cela servirait à quelque chose ? De prendre la place des cavaliers ? J’espère que oui et qu’on en arrivera à bout de cette apocalypse que ni Sam, ni moi ne sommes obligé de dire oui. Ce n’est pas notre destinée non, nous pouvons changer les choses bien avant qu’il ne soit trop tard mais disons que Sam m’inquiète tout de même je ne sais pas, je ne le sens pas et de plus, on a laissé la vie sauve à Ruby, que compte-t-elle faire maintenant ? Je n’en sais rien, vraiment. J’aimerais de l’aide, des conseils et Bobby risquerait de me prendre pour un abruti, Sam …ce n’est même pas la peine d’en parler, on va encore se prendre la tête tiens ! J’ai quelqu’un qui saurait m’aidé –du moins je l’espère de tout cœur. Je vérifie s’il n’y a personne mais je suis bien seul. Tant mieux, je n’ai pas envie que l’on m’embête ou que l’on écoute la conversation qui va suivre. Je lâche un long soupire et je me retourne alors.

    « Castiel, j’ai besoin de toi. » Dis-je simplement, même si j’aurais pu être moins gentil mais l’envie n’est pas là, même si c’est dur à l’admettre, j’ai besoin de me confier à lui, finalement lui seul me comprend même si parfois ses idées laissent à désirer mais parfois, je peine à croire que c’est lui, cet ange qui arrive à me comprendre plus que mon petit frère avec qui je suis censé tout partagé. Rien que de me dire sa, ça m’en fou un sacré coup en pleine figure. Je lâche un long soupire avant d’entendre un léger bruit, mais vraiment que léger. Il est là, je le sais, je le sens et son odeur s’éparpille dans la pièce, se mélangeant à la mienne, à mon parfum. Je me tourne alors vers lui, bière à la main l’autre dans la poche de mon jean faisant un petit sourire. « Bientôt t’arrivera à battre Lucky Luke. » Dis-je par rapport à sa rapidité de venir ici. Dès que je l’appelle il vient. Au début cela me surprenait mais bientôt, c’est plutôt rassurant de le voir ramener sa graisse ici, le jour où il ne viendra plus il faudrait que je m’inquiète, et j’espère que ce jour jamais ne viendra aussitôt. Je l’invite à s’asseoir sur la chaise se trouvant en face de la table de la chambre du motel puis je m’assois ensuite en face de lui, déposant la bière sur la table. J’ignore comment sa se passe du côté des autres car c’est sûr que se retrouver avec les pouvoirs des cavaliers et avoir du mal à les gérer ou ne pas les connaître encore, ça doit être déroutant…un peu comme moi en faite, cela ne m’enchante pas d’ôter la vie de jeunes enfants qui méritent encore de vivre, mais si j’empêche leur mort, c’est la pagaille ensuite et bonjour pour tout remettre en ordre. J’ignore comment je vais aborder ce sujet mais en général il me devance, comme s’il savait de quoi je voulais lui parler mais qu’importe, au début comme dit j’étais surpris mais maintenant c’est presque devenu une habitude même si à certain moment c’est plus ou moins frustrant.

    « Tu veux une bière ? » Dis-je en hésitant, sachant que monsieur n’est pas un grand amateur de l’alcool même le plus bas m’enfin, cet ange hein, il me surprendra toujours. « Je suis un peu perdu pour ne pas dire beaucoup …tu crois que, j’ai eu une bonne idée ? L’histoire des cavaliers et le reste…sachant que Sam, je ne le sens pas trop. J’ai un mauvais pressentiment Cas’, et en général je ne me trompe jamais. » J’avais besoin d’être rassuré par des paroles aussi calmes et douces que la voix angélique de Castiel. Cet ange, m’effraye quelques fois. J’ai la vague impression du moins, j’en suis quasiment sûr qu’il lit en moi comme dans un livre ouvert, qu’il sait chacune de mes pensées, qu’il sait mon humeur ou bien encore de quoi j’ai envie, qu’il sait s’il y a quelque chose qui me tracasse ou, je ne sais pas. Cet homme me connait plus ou moins par cœur, c’est tellement étrange que c’est carrément inexplicable. Je regarde le journal posé sur la table avant de glisser mon regard à nouveau jusqu’à lui, légèrement impatient de connaître alors sa réponse.

_________________

« I've never been afraid of any deviation. - And I don't give a damn 'bout my bad reputation. Never said I wanted to improved my station, an' I'm only doin' good when I'm havin' fun, an' I don't have to please no one. And I don't give a damn 'bout my bad reputation. » © SIGN BY ASAP


Dernière édition par Dean Winchester le Sam 31 Mar - 12:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-apocalypse.forumgratuit.org
avatar
AdminouCriez famine


▬ Date d'inscription : 08/02/2012
▬ Messages : 421
▬ Localisation : Probablement avec les autres.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Toujours partant(e) pour un RP, avec liens ou non.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Sam 24 Mar - 20:33




I need to speak to you.

Depuis que je porte cette bague à mon doigt, j’ai perdu tous mes repères sur Terre. Déjà que je n’en avais pas vraiment, je vous laisse donc découvrir mon état d’esprit face à cette nouvelle peau de Cavalier que j’avais endossé. Où que je me rende, les gens assouvissaient leurs désirs les plus enfouis avec une sauvagerie presque animale. Le pire, c’est que cela ne concernait pas que femmes en manque d’amour, hommes amoureux de pouvoir ou même obèses qui mangeraient à s’en faire exploser le ventre, non, même les enfants étaient concernés : il suffisait d’un regard, d’un simple passage près d’eux pour que le chaos se déclenche. Si en bas je ne savais pas où me mettre, en haut c’était encore bien pire, il m’était impossible de le cacher, la bague ne devenait pas instantanément invisible à l’œil nu dès qu’on le souhaitait, ce serait trop facile sinon. De partout, je devais subir et assumer l’impact que ce nouveau rôle me conférait. Mais je ne devais pas la retirer. La retirer, c’était s’avouer bien trop faible pour pouvoir jouer de ses cartes contre les autres, se montrer trop lâche et trop peureux pour ne plus rien avoir à tenter du tout ; et se laisser mourir, de ce que j’avais pu en comprendre, ce n’était pas vraiment ainsi que nous fonctionnions. Comme je m’y attendais, en apprenant la nouvelle certains se sont complètement retranchés auprès de Raphaël ou même de Zachariah, ces idiots...Devoir me battre contre certains d’entre eux ne m’effraie plus autant qu’avant, mais je n’y suis pas insensible pour autant : ce sont tout de même ceux qui m’ont vu évoluer et changer durant plus de deux mille ans. Ils disent tous que je suis un traître et que Balthazar ne vaut pas mieux que moi, mais s’ils savaient comme ils se trompent. J’espère, qu’ils se trompent. « - Castiel, j’ai besoin de toi. » C’est la voix de Dean qui me sortit de ma liturgie ; il fallait que je retourne en bas. Je savais que tout y était calme pour le moment et que le ton de voix de Dean ne m’indiquait pas qu’il y avait danger, mais je décidais quand même d’y répondre. Après tout, c’est bien ce que je lui dois, non ?

J’esquivais donc une remarque cynique de la part d’un de mes congénères sur ma descente dans le monde des humains, et lorsque je rouvris les yeux, Dean était dos à moi. Quelques feuilles se soulèvent à mon arrivée, et je hoche la tête lorsqu’il se tourne enfin vers moi. « - Bientôt t’arrivera à battre Lucky Luke. » Lucky Luke… ? Qui pouvait bien être cet homme ou, cette femme ? Encore une de ces références humaines que je ne comprends pas…Mais je devine tout de même que ce n’est pas un reproche. « - Bonjour, Dean. Pourquoi désirais-tu me voir ? » Je l’observe mais il ne me répond pas tout de suite, il m’indique seulement une chaise pour que je vienne m’asseoir. J’imagine que s’il voulait me voir c’était sans doute pour me parler un peu plus des bagues. Cela me semble logique, puisque la dernière fois que ne nous sommes parlés, c’est lorsque j’ai finalement accepté de passer cet anneau autour de mon doigt. Balthazar lui, semble davantage enclin à porter ce rôle, et je ne le comprends pas, c’est si nouveau ; ou alors peut-être lui aussi est-il terrifié par cette perspective mais qu’il ne fait que cacher sa peur derrière un masque, ça lui ressemblerait assez, lorsqu’on y pense. Je me contente alors de l’observer comme je le fais d’habitude, tout en attendant une réponse de sa part. Son attitude et ses gestes en disent tellement plus que ce qui pourrait sortir de sa bouche. Je sursaute ensuite légèrement lorsque sa voix brise le silence de la pièce, comme un enfant pris sur le point de faire une bêtise, ou l’a déjà commise.
« - Tu veux une bière ? » J’incline un peu ma tête sur le côté, faisant une légère moue tout en repensant à l’épisode dernier où je me suis retrouvé face à l’alcool ; ma première cuite, et ce n’était pas très beau à voir. Mais d’après ce que j’ai pu comprendre, cet alcool là n’est pas vraiment très fort, alors pourquoi pas. J’en avais besoin, aussi. « - Oui, j’en veux bien une, s’il-te-plait. »

Je le remercie alors lorsqu’il me la tend et la prend en main avant de retirer la capsule et d’en boire une gorgée. C’est assez amer comme goût, mais ce n’est pas désagréable pour autant. Je termine ma gorgée et dépose la bouteille sur la table avant de relever la tête vers lui lorsqu’il entre dans le vif du sujet, je suis soudainement devenu beaucoup plus attentif. « - Je suis un peu perdu pour ne pas dire beaucoup …tu crois que, j’ai eu une bonne idée ? L’histoire des cavaliers et le reste…sachant que Sam, je ne le sens pas trop. J’ai un mauvais pressentiment Cas’, et en général je ne me trompe jamais. » Je croise les bras et marque une pause avant de prendre la parole à mon tour. « - Tu sais bien que j’étais contre cette idée…Mais j’ai beau retourner la situation dans tous les sens, je ne vois pas d’autre échappatoire, alors dans un sens, oui tu as eu raison. » Laisser la Terre se détruire par l’œuvre des anges et des démons, jamais il n’aurait pu laisser se faire une chose pareille, et moi non plus d’ailleurs ; j’avais seulement peur du danger que nous risquions, mais il devait être minime, puisque maintenant nous tenions les 4 éléments de la vie humaine, non… ? Je retenais davantage la deuxième partie de sa phrase : « - Que veux-tu dire lorsque tu parles de Sam ? Tu crois que…Parce qu’il est la Guerre, les autres vont plus que d’habitude tenter de le rallier à leurs causes ? » Dis-je avec une nuance d’inquiétude dans la voix.

_________________
you put your arms around me,
and I'm home
Tell me all the things that I should know, please. Hold me close, and tell me not to fear, please. Tell me all the things I want to hear, please. I used to have such wings on other universe. I was a star, I felt so far, I did it all for you. I gave my grace, I gave my face, I did it all for you. So teach me how to be someone like you, please. I am so lost so tell me what to do, please. I used to know my part, and where it started, but now my heart is empty. Oh feelings, please.© CJ.Pomme'


Dernière édition par Castiel le Ven 27 Avr - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AdminouLa mort vous guette


▬ Date d'inscription : 07/02/2012
▬ Messages : 540
▬ Localisation : Dans ton c*l, troisième porte à droite.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Je suis surbooké(e) pour le moment.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Ven 30 Mar - 17:55

    J’ignore comment cela se passe, pour tous, comment ils vont ou bien encore comment ils le vivent. Depuis la dernière fois, on ne s’est pas revu simplement Sam et encore, on esquive le sujet, on évite de se poser des questions et surtout de s’inquiéter. Je ne lui dis rien comme lui il ne dit rien non plus et parfois mieux vaut ce silence entre nous deux car Dieu seul sait combien on s’est jeté l’un sur l’autre à s’en arracher les cheveux juste parce que quelque chose n’allait pas. Il y a un certaine « mal aise », des non dit et parfois au sein d’une famille –ou du moins ce qu’il en reste- c’est loin d’être bon, c’est même très mauvais et lors des tensions, risque fortement de retomber sur notre petite personne et cette tension après les disputes restent. Enfin là n’est pas la question, j’ai besoin de parler à quelqu’un qui connait plus que quiconque cette affaire, quelqu’un qui saurait plus ou moins me guider et me conseiller comme il l’a toujours fait jusqu’à présent. Si au début il ne voulait pas, d’accord il avait ses raisons mais au final il a tout de même accepté et au fond, cela ne doit pas être une aussi mauvaise idée mais on sait bien, lui, moi, Balthazar et Sam qu’il y a des contraintes, des risques mais je ne parle pas au nom de notre vie, je parle en ce qui concerne Lucifer sachant qu’il reste tout de même au dessus de nous et a tout moment nous faire plier, à ses genoux jusqu’à ce qu’on goûte le goût particulier du sol, de la terre ou même de la fourmis qui passe à cet instant là. Je ne souhaite pas, pour rien au monde me mettre à genoux face à cet être répugnant. Je l’appelle alors, lui disant que j’ai besoin de lui, cet être qui a, en quelque sorte, changé ma vie.

    Je fus plus que surpris, de sa rapidité. Je me tourne alors face à lui, il a le chic d’apparaitre derrière moi, à cha-que-fois ! A croire que mon derrière lui plait plus qu’autre chose mais bon, il n’a qu’à me le dire, cela flatterait juste mon égo, rien qu’un peu. Je lui sors une remarque, comme à mon habitude mais vu la tronche qu’il tire ..il ne doit pas connaître, m’enfin qu’importe le temps que je m’éclate moi-même c’est déjà pas mal. « Lucky Luke …c’est un cow-boy qui tire plus vite que son ombre. Il est fascinant. » Lui dis-je faussement intéressé par le sujet avant de ne pas répondre à sa phrase, lui indiquant de mon index une chaise en face de la table. Je pense qu’il sait que mon silence en dit long, un peu trop même et en général quand je ne dis rien sur le moment c’est que c’est important. Je le suis des yeux quand il file s’installer et je lui demande alors s’il veut une bière, sait-on jamais si monsieur a envie d’alcool pour ‘enfant’. C’est vrai, qu’avec une bière on risque pas d’être saoule –même s’il y en a qui arrive. Je fus quelque peu surpris qu’il accepte mais qu’importe, je ne suis pas là pour lui dire quoique ce soit. J’en prends une deuxième lui ouvrant puis je me dirige vers lui, la lui tendant puis je prends place face à lui, jouant un peu avec ma bière, faisant tournoyer le liquide, le regardant avant de cracher le morceau sachant que je ne pouvais pas m’éterniser et qu’il a certainement autres choses de mieux à faire. Ce mec est pas vraiment expressif, j’arrive pas à savoir ce qu’il pense, il plisse souvent les yeux, un peu trop même et quand il est attentif il ne laisse rien paraitre …Castiel n’a jamais vraiment montré quand il était énervé ou autre, il reste impassible, quand il s’inquiète il reste le même vraiment, je ne sais pas comment il fait …mais il est plus ou moins inhumain, mais les anges, ils ne pleurent pas ? Il prend la parole et je hoche la tête puis je fus un peu rassuré qu’il me dise que j’ai eu raison, au moins je ne fonce pas droit dans le mur, les emmenant avec moi dans ma tourmente et puis je le sais qu’il le fait pour le bien de tous. Je ne veux pas être vu comme un héros, la gloire c’est franchement pas mon truc même si j’ai l’air d’un gros narcissique sur de moi qui aime que l’on flatte son égo. Ce que je veux c’est sauver mon cul et celui des autres et que l’on montre, à ces abrutis à quel point nous les êtres humains, les Winchester et les pseudos traitres sont capable de beaucoup plus que leur simple tour de magie à deux balles. Je hausse à la question de Castiel, je suis peut-être parano mais il faut prévoir le coup, ces saloperies ne vont pas renoncer aussitôt et Sam est le véhicule de Lucifer, les démons seront capable de faire tout et n’importe quoi pour chopper Sam, c’est clair.

    « Sam est naïf, il se laissera tenter par une pseudo gentille démone. Comme avec Ruby…et puis c’est d’autant plus facile d’avoir la Guerre avec soit, au moins tu es sûr que sa sera le bordel entre nous quatre et de plus, ils vont nous tenir par les bijoux de familles s’ils caressent Sam dans le sens du poil. Je vais pas te le cacher Cas’, on est dans la merde jusqu’au cou. » Tellement de choses peuvent se passer, si ils arrivent à avoir Sam forcément ils vont nous mettre le grappin dessus et du coup on devra être les sous-fifres du Diable, participer à ce chaos et à cette prise de pouvoirs. Et ensuite ? Que vont-ils faire de nous ? Prendre notre place et nous envoyer en enfer ? Y’a tellement de ‘et après ?’ ou de ‘si’ que j’arrive à m’embrouiller moi-même. Je bois une gorgée de bière avant de lâcher un long soupire, passant la paume de ma main sur mon front. « Il faut que l’on se réunisse tous les quatre, que l’on mette un plan en place histoire de ne pas se faire avoir par surprise. Lucifer risquerait de nous mettre une laisse autour du cou, histoire que l’on soit ses petits chiens au service du maître et que l’on exécute tous les ordres de monsieur. » J’aurais du réfléchir à tout cela avant, que Dieu me bénisse, qu’il me pardonne ou qu’il me punisse de mes erreurs ! Mais qu’importe, maintenant que j’ai foncé tête la première, je continuerais à le faire et comme je le dis, tant pis si on se mange un mur au risque de s’éclater la tête, on se sera battu jusqu’au bout.

_________________

« I've never been afraid of any deviation. - And I don't give a damn 'bout my bad reputation. Never said I wanted to improved my station, an' I'm only doin' good when I'm havin' fun, an' I don't have to please no one. And I don't give a damn 'bout my bad reputation. » © SIGN BY ASAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-apocalypse.forumgratuit.org
avatar
AdminouCriez famine


▬ Date d'inscription : 08/02/2012
▬ Messages : 421
▬ Localisation : Probablement avec les autres.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Toujours partant(e) pour un RP, avec liens ou non.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Dim 1 Avr - 19:21

Venir à chacune des demandes de Dean est une chose que je ne me serais jamais imaginée faire au départ de notre relation: certes je me devais d'être présent, mais seulement en cas d'extrême nécessité, ou même de danger, comme tous mes supérieurs me l'avaient maintes fois rappelé. Mais il n'était pas un humain inintéressant comme tous les autres; non. C'est grâce à lui que j'ai finalement découvert que j'avais grandi et évolué dans un univers où tout n'avait été que mensonges et exagérations, pour la plupart. Grâce à lui que je compris enfin, plus de 2000 ans après, pourquoi je me sentais si différent des miens lorsque j'étais en leur présente. Mieux vaut tard que jamais selon leur proverbe, même si cela a tout de même tendance à me peiner, quand j'y pense. Le plus drôle dans tout cela, c'est que je ne m'estimais pas responsable d'une telle mission: veiller sur les Winchester et tenir l'aîné des deux au courant de la mission que tous avaient concoctée pour lui. Mais avec du recul je comprends mieux la décision de mes supérieurs; ce n'est pas pour me lancer des fleurs ou me vanter inutilement, mais; qui mieux que moi pour faire cela ? Personne, de mes frères, non, je ne vois personne d'entre eux effectuer les mêmes taches que j'ai faites pour les Winchester. Aucun d'eux, par exemple, n'aurait réellement accepté de se battre pour eux. Ils sont bien tous trop occupés par leur petite personne et les désastres qu'il se déroule maintenant, là-haut. Tout ce que j'espère, c'est qu'une guerre n'éclatera pas, car une guerre sur Terre et au Ciel, je ne suis pas certain de pouvoir le supporter, mais malheureusement, par la posture des archanges, c'est bien ce qui risque de se passer. Ou alors, il faudrait que je parvienne à venir à bout de Zachariah, ou de Raphaël. Pari risqué et idée folle, ses sujets me tomberaient dessus et alors il en serait rapidement fini de moi, bien avant que je ne puisse savourer le goût de la victoire. Ce n'est pas en portant cet anneau que je me suis attiré plus de faveur et de sympathie, oh que non alors. La seule chose qui me 'console' lorsque je suis en leur compagnie, c'est qu'au moins, je sais que MOI je me bats pour mes convictions, pour les propres causes que je défends, et pas pour celles d'un père absent, ou qui nous a peut-être tous abandonnés il y a des années et des années. Voilà pourquoi je fus si pressé et rassuré de rejoindre la Terre lorsque j'entendis la voix de l'un de mes protégés m'appeler, en bas; je ne pouvais plus rester en leur compagnie, et tant pis si ça ne semblait pas être une urgence.


J'arrive alors dans une chambre d'hôtel, en pagaille comme à l'ordinaire, il y a à manger, des feuilles, et à boire de partout. C'est une ambiance à laquelle on se fait rapidement lorsqu'on côtoie comme moi les Winchester. Je le salue alors qu'il me répond en me comparant à un personnage dont j'ignorais encore jusqu'ici l'existence; devant mon air sûrement déjà perdu, il rajouta alors: « - Lucky Luke …c’est un cow-boy qui tire plus vite que son ombre. Il est fascinant. » Je le regarde et hoche finalement la tête, pas réellement convaincu mais puisque c'est un cow-boy, j'imagine qu'il doit en savoir plus que moi, Sam m'a assez de fois rappelé à quel point son frère était un passionné de cette période. « - Oh. Je vois. » Commentais-je simplement avant de prendre place, suite à son geste. Je connais assez Dean pour savoir que s'il s'apprête à me dire n'est pas catastrophique, ce ne sont pas de bonnes nouvelles pour autant. Depuis la dernière fois que nous nous sommes vus tous les quatre, je n'ose pas vraiment me mêler à la foule humaine, j'ai tellement peur des démonstrations violentes que je pourrais déclencher, je suis perdu et je n'ose plus faire confiance à personne là-haut, à l'exception de Balthazar et de Gabriel, bien qu'il soit assez distant ces temps-ci. Mais est-ce que je devrais en parler à Dean ? Après tout, s'il m'a appelé, c'est bien pour qu'il puisse me parler, et non pas l'inverse. Je prends alors la bière qu'il me tend et goûte ce liquide tout nouveau pour moi alors que la conversation tourne inévitablement vers cette place des chevaliers que nous avons prise, mais aussi du rôle de Sam dans tout cela, avec les conséquences que cela pourrait avoir. « - Sam est naïf, il se laissera tenter par une pseudo gentille démone. Comme avec Ruby…et puis c’est d’autant plus facile d’avoir la Guerre avec soit, au moins tu es sûr que sa sera le bordel entre nous quatre et de plus, ils vont nous tenir par les bijoux de familles s’ils caressent Sam dans le sens du poil. Je vais pas te le cacher Cas’, on est dans la merde jusqu’au cou. » Je continue de l'écouter sans dire un mot, les sourcils froncés, formant une légère ride au dessus de mon nez et le regard pensif, réfléchissant. Il n'a pas réellement tord sur ce point-là, mais se montrer défaitiste ne pourra mener à rien, au contraire, c'est ce que tous espèrent faire en nous mettant en garde, du moins je le crois, nous faire croire que nous avons fait une ânerie et que nous courrons à notre perte alors que non, ils veulent seulement nous le faire pour espérer être tranquille et ne plus avoir à serrer les fesses en sachant que les quatre nouveaux cavaliers seront plus menaçants que leurs prédécesseurs. « - Je ne pense pas qu'il faille sous-estimer Sam; il sait qu'il a fait une erreur et cela m'étonnerait qu'il retombe dans un piège similaire sans y réfléchir par avance mais après tout, tu le connais bien mieux que moi. » Je marque une pause avant de reprendre la parole, mon visage soucieux se levant également vers lui. « - Pour le moment, je sais qu'ils ont peur de nous. Ils ne savent pas de quoi nous sommes capables pour le moment, alors leur seule arme, c'est la menace. Mais ça ne peut pas aller très loin si on se montre plus malins qu'eux. Quand Lucifer sortira de son trou, je persiste et signe qu'il ne saura plus sur quel pied danser. »

C'est en tout cas le meilleur scénario auquel on pourrait se voir profiler devant nous. Je me gratte ensuite la nuque en quête d'idées mais rien de bien intéressant ne me vient en tête. « - Il faut que l’on se réunisse tous les quatre, que l’on mette un plan en place histoire de ne pas se faire avoir par surprise. Lucifer risquerait de nous mettre une laisse autour du cou, histoire que l’on soit ses petits chiens au service du maître et que l’on exécute tous les ordres de monsieur. » Trouver Balthazar serait déjà une bonne chose en effet, depuis la dernière confrontation je ne l'ai plus revu et cela commence même à m'inquiéter, le connaissant ce sera probablement le seul à jouer son rôle sans se poser bien de questions, du moins en apparence, espérons juste qu'il ne tombe pas trop dans l'excès, avant que les choses ne se compliquent d'elles-mêmes. J'observe la bague que je porte à l'index et la caresse d'un geste presque automatique avant de hocher la tête face à la requête de Dean. « - J'en ferai part à Balthazar dès que possible, alors. » Décrétais-je d'une manière plutôt neutre, pour ne pas l'effrayer un peu plus, il en a déjà bien assez sur les épaules, nous en avons déjà bien assez sur les épaules. Je le regarde ensuite, observant le moindre trait de son visage, la moindre de ses expressions, mais tout traduit le doute et la culpabilité. Je soupire un peu à cette vision et baisse mes yeux avant de commencer d'une voix rauque: « - Tu n'as pas à te remettre en question ou à te prendre la tête avec des "et si", Dean. Tu as été le seul capable de trouver une solution dans toute cette panique. »

_________________
you put your arms around me,
and I'm home
Tell me all the things that I should know, please. Hold me close, and tell me not to fear, please. Tell me all the things I want to hear, please. I used to have such wings on other universe. I was a star, I felt so far, I did it all for you. I gave my grace, I gave my face, I did it all for you. So teach me how to be someone like you, please. I am so lost so tell me what to do, please. I used to know my part, and where it started, but now my heart is empty. Oh feelings, please.© CJ.Pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AdminouLa mort vous guette


▬ Date d'inscription : 07/02/2012
▬ Messages : 540
▬ Localisation : Dans ton c*l, troisième porte à droite.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Je suis surbooké(e) pour le moment.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Mer 11 Avr - 14:49

    La relation que j’ai avec Castiel est disons, très ambigüe mais pas au point où je dirais que nous sommes amants non. Nous sommes très proche, je l’appelle il vient directement, je suis en danger, il est là pour me sauver. J’ai besoin de lui oui, plusieurs fois je serais mort sans lui, sans lui je ne serais pas ici à l’heure d’aujourd’hui. Castiel n’est pas comme tous les autres piafs à me dire toujours la même chose, à m’inciter à dire oui à St-Michel, il n’est pas celui qui suit les règles la preuve, c’est maintenant Famine et il s’en fiche que les autres le pointent du doigt, ce qu’il veut autant que nous c’est le bien de notre humanité, le bien de tous et que cette guerre cesse. Castiel n’est pas un ange comme les autres oui, je tiens à lui, je l’aime pour ce qu’il est. Il est exceptionnel c’est le cas de le dire. Il me comprend, il sait quand j’ai de folles inquiétudes même quand je les dissimule. J’ignore pourquoi et parfois cela m’effraye qu’il sache mieux que moi ce qui me tracasse, qu’il sache comment résoudre ces problèmes là. Il m’accorde beaucoup de son temps, beaucoup d’importance…on dirait presque un petit couple car oui, il nous arrive de nous prendre la tête, il m’a même déjà cogné mais disons que Castiel énervé, c’est bien rare et là, oui, je vous avoue, que j’ai vraiment eu peur. Cet ange, il est unique et je pense que jamais je ne pourrais le remercier de tous les sacrifices ou même de tout ce qu’il a pu faire et fait encore pour nous ou même pour nous, les êtres humains alors que lui est un ange et peut très bien en avoir rien à faire du sort des humains. Quand j’ai besoin de lui il est là, et c’est comme à cet instant, le voir là, près de moi pour répondre à mes craintes et un des plus grands soulagements.

    Il arrive toujours d’une façon particulière, parfois on ne s’y attend pas et parfois on le remarque, comme maintenant mais ce n’est pas plus mal. Je devrais lui apprendre plus de choses sur notre monde car je vois qu’il ne s’y connait pas trop, même à la culture la plus générale qu’il soit …puis bon mes références à deux sous, elles sont tout aussi légendaire que l’existence du monstre du Loch Ness. Je le laisse s’installer, lui tendant alors une bière, lui avouant mes craintes, que Sam est trop bête pour ne pas se méfier de Ruby qui tente aussi je suis sûr de m’emballer mais si elle croit que je vais faire ami-ami avec elle, elle se trompe. Ce n’est pas aujourd’hui ni demain que je serais ami avec elle, je ne l’ai jamais été et je ne le serais jamais. Elle nous a fait des coups monstrueusement bas, et Castiel le sait mieux que quiconque que ce n’est qu’une menteuse de première. J’essaye de percevoir un sentiment sur le visage de Castiel, mais rien du tout, il réfléchit simplement. C’est stressant de ne pas savoir ce qu’il pense sachant qu’il ne laisse jamais rien paraitre. Castiel me dit son avis mais la fin de sa phrase est une chute monumentale. Alors j’ai sûrement raison, Castiel ignore aussi bien que moi comment pourrait agir Sam… je ne vais pas cacher que je suis effrayer, qu’à cet instant, j’ai la queue entre les jambes, prêt à m’enfuir loin de tout, même si je vais fuir le passé, le présent et le futur me rattraperons, de plein fouet et là ça fera mal. Il faut surveiller Sam, de très près il n’y a pas de secret. « Il faut le surveiller …mais pas par nous, car il sait quand on est proche de lui, il sait où nous sommes et il doit certainement savoir que toi et moi on est ensemble discutant de notre misérable sort. Tu aurais une idée de qui ? Gabriel ? … » Vu comme ça, cela peut paraître totalement ridicule mais Gabriel est bien plus intelligent que n’importe qui, il faut juste le connaître un peu plus, il est joueur et il sait emballer les gens qui ne marchent pas dans son jeu mais qui courent, comme des crétins …et moi j’en ai fais parti. Il me dit alors une chose qui me parait totalement évident, et j’avoue qu’il suffit de les menacer pour qu’ils aient les chocottes, et je grimace un peu, disons …disons que c’est bien beau de jouer sur la menace, mais encore faut-il s’en prendre vraiment à ceux qui essaieraient de nous tuer ou de s’opposer à nous.

    Je me contente de simplement hocher la tête pour lui montrer mon signe d’approbation. Il n’a pas tord, alors on va en jouer pendant un bout de temps, surveiller Sam de très loin avec de l’aide faisant en sorte que personne ne le tente. Je lui parle alors de se réunir pour trouver un plan, une solution histoire que l’on ne se fasse pas b*ser comme il faut. J’attends une réponse venant de Castiel mais simplement qu’il le dira à Balthazar dès que possible ce qui signifie ? Non …quand même pas ? Il ne l’a pas revu ? Peut-être qu’il se cache lui aussi, faisant attention à son derrière car ces temps-ci c’est très dur. Je lâche un long soupire, jouant avec ma bière lentement, faisant tournoyer le liquide jaunâtre à l’intérieur, pensif, un peu perdu également. J’ai l’impression d’être dans une impasse, d’être coincé, je ne sais plus quoi faire. Je relève les yeux quand il reprit la parole, frissonnant légèrement alors qu’il essaye de me remonter le moral …bordel, comment il fait ? Sa doit être l’âge et l’expérience alors. Je hoche faiblement la tête, regardant à nouveau ma bouteille. « Peut-être, mais ça doit pas être une bonne chose. J’vous ai entrainé tous les trois là dedans, la plupart veulent notre peau, nous couper le doigt pour que l’on cesse d’être une menace et ensuite … » J’ignore ce qu’ils pourraient nous faire, mais je ne veux même pas imaginer, c’est tout simplement horrible de quoi ils sont tous capable, des deux côtés, paradis et enfer. Je termine alors ma bière, bien rapidement mais, c’est plus assez fort à mon goût dans ces situations-là. Je me lève, allant jeter le cadavre de la bouteille, je me gratte la tête, pensif puis je me tourne alors vers lui, ayant un petit creux. « Tu as faim ? …Quelle question, Famine à tout le temps faim. » Lui dis-je en lui adressant un petit sourire, voulant penser à autre chose car j’en ai bien besoin, malgré moi. Je fouille alors dans les poches de ma veste, voir si je n’ai pas de l’argent qui traine avant d’enfiler cette veste là et de me tourner vers lui. « Et toi, Cas’, ça va ? … » Cela ne doit pas être tout rose non plus, là haut et puis, cessons de parler que de ma petite personne …








_________________

« I've never been afraid of any deviation. - And I don't give a damn 'bout my bad reputation. Never said I wanted to improved my station, an' I'm only doin' good when I'm havin' fun, an' I don't have to please no one. And I don't give a damn 'bout my bad reputation. » © SIGN BY ASAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-apocalypse.forumgratuit.org
avatar
AdminouCriez famine


▬ Date d'inscription : 08/02/2012
▬ Messages : 421
▬ Localisation : Probablement avec les autres.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Toujours partant(e) pour un RP, avec liens ou non.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Dim 15 Avr - 17:20

La situation est pressante et pourtant tout semble bloqué, c'est bien ce qui m'angoisse le plus, de savoir que peut-être, des complots ou autres s'organisent dans l'ombre; on le voit bien avec les vampires et lycans qui se montrent tous plus féroces que jamais, qu'est-ce qui les empêcheraient de rejoindre les démons pour ainsi unir leurs forces et faire régner le Mal en grand vainqueur sur cette Terre ? Et ces pauvres humains qui disent à la télévision et aux journaux que les attaques sont l’œuvre d'animaux sauvages..S'ils savaient. Le problème, c'est que si l'un d'eux se met à parler d'apocalypse, alors les autres le traiteront systématiquement de fous, d'insensé, d'homme qui ne vit que dans la fiction ou même, dans la religion. Il en est que je veux toujours croire que nous sommes dans un carrefour, et non pas dans une impasse: pour le moment, c'est nous et nous seuls qui avons l'avantage sur la situation. Au contraire, ils croyaient pouvoir nous avoir piégés et Dean a réussi à les contourner, on pourrait tout aussi bien commencer cette nouvelle lutte en gardant à l'esprit cette première victoire, non ? Regardant intensément Dean me parler, je ne peux pas nier qu'il a raison; il faut se méfier des démons comme de la peste et après tout, si elle a réussi à avoir Sam une première fois, pourquoi pas une deuxième ? Tout était trop complexe mais je restais tout de même persuadé que nous pouvions maintenir ce poids sur nos épaules, et que la tension n'était due qu'à la nouveauté de tout cela. « - Il faut le surveiller …mais pas par nous, car il sait quand on est proche de lui, il sait où nous sommes et il doit certainement savoir que toi et moi on est ensemble discutant de notre misérable sort. Tu aurais une idée de qui ? Gabriel ? » Je me redresse un peu plus à sa proposition et dévie mon regard pour observer le vide, en pleine réflexion. Surveiller Sam peut être une solution comme une autre, c'est la seule prise que nous pouvons avons sur lui pour le moment d'ailleurs, mais s'il le découvre...J'ai peur que blessé, et pas esprit de vengeance, il finisse par faire ce que nous craignons le plus, passer de l'autre côté; et si Lucifer, en plus d'avoir son véhicule près de lui possède également le Cavalier de la Guerre à ses côtés...Alors oui, je ne donnerais plus très cher de nos vieux os. Je passe rapidement ma langue sur mes lèvres avant de remonter mon regard vers lui afin de lui faire part de mon opinion sur l'état d'esprit de Gabriel pour le moment. « - Gabriel ? Je ne sais pas, il est loin de porter les autres dans son coeur c'est sûr, mais il ne nous applaudit pas non plus pour notre geste. Je pourrais toujours lui demander, même si je reste assez sceptique sur sa décision, Dean. » Je pousse un petit soupir et me gratte nerveusement la joue; si je ne suis pas le mieux placé peut-être que Balthazar pourrait aussi terminer de le convaincre de surveiller Sam. Après tout, ce n'est pas vraiment 'travailler pour nous' qu'on lui demande, mais plutôt, nous rendre un service.

Je reste persuadé que le plus dur c'est de ne pas agir comme les Cavaliers, mais plutôt d'oser porter ses bagues, le temps qu'il sera nécessaire de le faire. Et, j'ai beau être mal placé pour dire ça parce qu'ayant été celui qui a le plus douté de ce plan, mais les autres ont peur, je le sais; ils ne savent pas de quoi nos sommes capables, maintenant que nous avons fait ce à quoi ils ne s'attendaient pas du tout. Tout ce courage, c'est ce que j'admire tout de même le plus chez Dean. Certes, parfois il lui vient d'une montée d'adrénaline ou même d'une pincée de bêtise, mais il faut croire que cette fois-ci, elle a payé. Et c'est dans cette conversation mon rôle de le rassurer. Non seulement pour le voir reprendre du poil de la bête, mais aussi parce que c'est la vérité et que je ne peux pas être plus sincère que je ne le suis déjà dans mes propos. Joignant mes mains ensemble, je joue nerveusement avec mes doigts avant de l'écouter à nouveau. « - Peut-être, mais ça doit pas être une bonne chose. J’vous ai entrainé tous les trois là dedans, la plupart veulent notre peau, nous couper le doigt pour que l’on cesse d’être une menace et ensuite … » Je tressaille lorsque sa voix se perd quelque peu à la fin de sa phrase. Il ne suffit pas d'être un ange pour savoir et comprendre toutes les images les plus horrifiques qui doivent prendre place dans son esprit en ce moment. Légèrement hésitant, je finis alors par me lever et dépose ma main sur son épaule. Lui faisant face, je demeure près de lui et ancre mon regard bleu azur dans le chocolat des siens. « - Rien de tout ça ne se passera. Et je n'aurai jamais fait mieux que toi. » Prononçais-je d'une voix que je voulais rassurante. Laissant un léger sourire se dessiner sur mes lèvres, je me détache alors ensuite avant de reprendre: « - Après tout, ça ne coûte rien d'essayer de convaincre Gabriel. Je veux dire par là qu'il ne pourra pas rester sans clan indéfiniment, ça en ferait une proie bien trop facile sinon, et D...enfin, nous savons à quel point il a horreur d'être vulnérable. » Je grimace un peu à mon hésitation; moi qui me suis promis de ne plus jamais prononcer le nom de mon père, malheureusement, je vois que les humains ont bien raison: les mauvaises habitudes, on ne les oublie pas aussi facilement qu'on le souhaiterait.

Je le suis des yeux et reprends alors la bière que j'avais presque oubliée sur la petite table basse. En buvant rapidement plusieurs gorgées je frissonne, c'est qu'on y prend vite goût à ce liquide étrange. « - Tu as faim ? …Quelle question, Famine à tout le temps faim. » J'esquisse un sourire à sa remarque et jette un petit coup d’œil à ma bague, reluisante. J'aimerais pouvoir voir l'avenir, le rassurer, lui dire où tout cela va nous mener, lui dire lorsque Lucifer décidera enfin de se manifester, lui dire les réelles attentions de son frère, si oui ou non il a bien compris la leçon et restera avec nous cette fois...Mais ça serait terriblement trop simple, il ne faut pas oublier que ce n'est que la vie, et que de toute façon, le paradis n'existe plus nulle part. Et oh tiens, quand on parle du loup. « - Et toi, Cas’, ça va ? … » J'aurais de loin préféré éviter la question mais ce n'est pas pour autant que je ne vais pas y répondre; s'il demande, c'est que ça l'intéresse tout de même. Gagnant quelques précieuses secondes, je termine ma bouteille et la dépose sur la table avant de reprendre la parole, essuyant ma bouche d'un revers de manche de mon trench. « - Ça va..Rien n'a réellement changé à-haut, il y a ceux qui m'aiment, ceux qui me détestent et ceux que j'effraie. » Je déclare en lâchant un petit rire. Il n'y a pas vraiment de faux là-dedans, et puis, je n'allais quand même pas l'enfoncer en prétendant que tous mes pairs voulaient ma mort par sa faute. Ce serait du grand n'importe quoi, étant donné que moi aussi, j'y suis quand même pour quelque chose. Le voyant enfiler une veste, je fronce un peu les sourcils et demande, avant même que ma conscience ne s'en rende totalement compte: « - Nous sortons pour manger ? » Je ne me suis pas encore habitué au pouvoir que j'ai sur les autres, voir ainsi les humains afficher leurs plus grandes faims, les voir se sauter les uns sur les autres comme des animaux sauvages le feraient, m'effraie au plus haut point. Mais si Dean est avec moi, tout devrait bien se passer...Je l'espère.

_________________
you put your arms around me,
and I'm home
Tell me all the things that I should know, please. Hold me close, and tell me not to fear, please. Tell me all the things I want to hear, please. I used to have such wings on other universe. I was a star, I felt so far, I did it all for you. I gave my grace, I gave my face, I did it all for you. So teach me how to be someone like you, please. I am so lost so tell me what to do, please. I used to know my part, and where it started, but now my heart is empty. Oh feelings, please.© CJ.Pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AdminouLa mort vous guette


▬ Date d'inscription : 07/02/2012
▬ Messages : 540
▬ Localisation : Dans ton c*l, troisième porte à droite.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Je suis surbooké(e) pour le moment.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Jeu 26 Avr - 19:02

    J’aimerais que tous les êtres humains soient au courant de ce qu’il se passe, qu’ils se préparent, qu’ils nous aident, qu’ils combattent contre les forces du mal même s’ils ne sont pas aussi forts que nous mais disons que sa serait déjà sa de gagner. On y arrivera, du moins je l’espère, si on se serre les coudes et si aucun ne lâche, on vaincra, la paix règnera enfin et la chasse aux fantômes et autres créatures dans le genre, des chasses banales quoi, l’époque où on avait la paix et où on était loin de se douter que notre vie deviendrait un vrai cauchemard, j’ai l’impression d’être dans une impasse, et j’espère que ce n’est qu’une impression. Il y a bien déjà les témoins de Jéhovah qui parlent de l’Apocalypse, je pense que, malgré qu’ils nous le baratinent assez, on devrait un peu les écouter car je pense qu’ils n’ont pas tout à fait tord. Je n’aime pas le regard de Castiel posé sur moi, qu’il me regarde aussi intensément, presque limite s’il n’est pas absorbé par moi, presque s’il ne se noie pas dans les gestes, ou même les ondes qu’émet mon corps. Oui, certes, c’était sa façon de se rendre aussi attentif, c’était sa façon de montrer qu’il le prenait très au sérieux mais malgré tout, je n’ai pas l’habitude, et de plus quand il s’approche de moi, quand il y a cette petite distance qui nous sépare je me sens tout drôle, tout bizarre et je ne saurais l’expliqué, c’est tellement ambigüe et indescriptible, du coup, en général je préfère continuer comme s’il ne se passait rien, comme si c’était normal. La seule chose dont je me suis habitué c’est qu’il vienne sans prévenir, d’un coup ou même qu’il parte comme un voleur, aussi vite qu’il est arrivé. J’essaye de chercher dans son regard, une réponse à mes craintes, peut-être une pointe d’inquiétude, j’ai l’impression que je suis le seul à me préoccuper de tout cela ou alors les autres sont certainement trop fort pour le cacher, mais moi je ne peux pas, je n’ai jamais su le faire, je suis trop expressif et c’est parfois cela se retourne contre moi, malheureusement. Je hoche lentement la tête à ce qu’il me dit mais qui ne tente rien n’a rien, mais bon, je le laisserais s’en charger au grand pire, j’irais prendre rendez-vous chez la secrétaire de Gabriel lui qui sous-entend qu’il a un emploi du temps de ministre. Je pense qu’au fond, il m’aime bien alors il accepterait de surveiller Sam, de près comme de loin sans pour autant montrer qu’il veille sur lui, sinon je ne vois pas qui pourrait nous rendre ce service, Bobby, Sam s’en douterait, Ellen et Jo idem …Sam est naïf, d’accord, mais il n’est pas débile non plus.



    C’est perturbant, rien que de regarder Castiel m’écouter, c’est le seul d’ailleurs qui m’écoute aussi attentivement, qui n’en loupe pas une miette et qui répond à toutes mes craintes, qui me rassure tout en me disant la vérité. C’est le seul qui ne me ment pas, quoi. Je sens sa main sur mon épaule, je me tourne un peu vers lui, relevant les yeux, plongeant mon regard dans le sien. De toute façon, il ne le détournera pas le premier, je sais, que d’abord, ce sera à moi de le faire. Je lui adresse un petit sourire, lui rendant le sien avant qu’il ne finisse par se détacher, je suis bien content, je me sentais tout bizarre. Je grimace également à la fin de sa phrase, je vois bien qu’il a du mal à dire ‘Dieu’ mais je ne saurais pourquoi, je n’ai pas envie de lui demander, certainement parce qu’il a trahit son père, et que son père doit lui en vouloir ? Je n’en sais rien. Je lui adresse un faible sourire puis je me lève, j’en ai bien marre de parler de ce sujet qui me tracasse, j’ai envie de penser un peu à autre chose, de m’éloigner beaucoup du sujet même si je sais qu’il va revenir sur la table un moment où un autre. Je lui demande s’il a faim mais je me reprends bien vite. Finalement, nos cavaliers nous correspondent bien quand on y repense, surtout qu’on avait eu affaires à eux …sauf en ce qui concerne Balthazar mais j’espère qui n’en abuse pas. Je lui demande alors comment il va, je prends sa bouteille désormais vide avant de la jeter avec la mienne, comprenant alors que ça va moyen ce que je comprends tout à fait. Je pense que c’est pareil chez nous quatre, il y a ceux que j’effraie, ceux qui me déteste encore plus qu’à l’ordinaire et ceux qui restent là, avec moi et qui me soutiennent mais bon, il ne faut pas leur demander la lune hein.

    J’enfile ensuite ma veste et je me tourne vers lui à sa question. Parfois, il pose des questions totalement débile mais je ne lui en veux pas, il est comme ça, c’est comme ça que j’ai appris à le connaître, à l’aimer, à le porter dans mon cœur hors au départ ce n’était pas chose simple, c’était plutôt Sam en admiration devant lui, moi préférant tout de même rester sur mes gardes mais bon, je lui dois beaucoup à cet ange, je lui dois même ma vie. « Oui, tu comptes pas rester là quand même ? Parce que je suis pas livreur. Je lui fais un petit sourire avant de quitter le Motel, me rendant vers l’Impala, attendant que le bon monsieur arrive mais, suis-je bête, il n’est pas obligé d’ouvrir une porte, il peut le faire seul. Et puis, même si je peux utiliser d’autres moyens de transport, je préfère de loin conduire l’Impala que disparaitre rien que dans une pensée. Je roule jusqu’au fast food non loin du Motel, heureusement d’ailleurs sinon je serais déjà mort de faim. Je me gare avant de sortir puis j’entre dans le restaurant –où on mange viteuf, évidemment- avant de prendre une place, plus ou moins éloigné des autres et je m’installe, laissant Castiel prendre place face à moi, ne pouvant m’empêcher de le regarder, de le suivre du regard. Il est tellement mystérieux, cet être, qu’il nous donne envie de le connaître un peu plus. « Tu sais déjà ce que tu souhaites prendre ou … » Je ne fini pas ma phrase, car sa parait évident qu’il ne sait pas, du moins il est un peu perdu dans ce monde, heureusement que je suis là pour lui apprendre quelques trucs. J’interpelle la serveur, demandant deux hamburgers au bacon et des frites en supplément, deux bières également avant de la suivre des yeux puis je vérifie si je n’ai pas de SMS de la part de Sam avant de regarder les gens autour de nous, certains mangent plus vite, et goinfre et cela ne s’appelle plus manger mais bouffer. Je tourne la tête vers Castiel. « Relax, t’es tendu comme un string, tu contrôles pas encore parfaitement tes nouveaux pouvoirs ? » Nous sommes dans le même cas au moins, mais disons que sa doit être le stress, sachant qu’il n’est pas un grand habitué de ce genre d’endroit puis, avec le stress en général, on a du mal à tout contrôler, même soit-même.

_________________

« I've never been afraid of any deviation. - And I don't give a damn 'bout my bad reputation. Never said I wanted to improved my station, an' I'm only doin' good when I'm havin' fun, an' I don't have to please no one. And I don't give a damn 'bout my bad reputation. » © SIGN BY ASAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-apocalypse.forumgratuit.org
avatar
AdminouCriez famine


▬ Date d'inscription : 08/02/2012
▬ Messages : 421
▬ Localisation : Probablement avec les autres.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Toujours partant(e) pour un RP, avec liens ou non.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Mar 1 Mai - 20:28

Je ne saurais expliquer pourquoi, mais Dean est celui avec qui je me sens le plus en confiance. Peut-être parce que je sais que je peux avoir ‘le droit à l’erreur’ avec lui ? Bien que parfois je vois bien dans son regard que je suis à côté de la plaque, ou qu’il est exaspéré que je sois aussi inculte au niveau des références humaines, mais en même temps, on ne peut pas vraiment dire que je peux avoir le temps pour ça. J’imagine que c’est ce qui nous relie si étroitement qui est à la base de cela, qui fait que je ne pourrais pas faire quelque chose sans venir demander son avis avant. Mais si le silence s’est maintenant installé entre nous deux, je vois bien dans sa manière de gesticuler ou de me dévisager que quelque chose lui déplaît ; ma manière de l’observer, peut-être ? Je fronce un peu les sourcils et détourne quelques secondes mon regard pour le reposer sur ma bière ; je n’ai pas la faculté de lire dans ses pensées, et ce qu’il me dit ne me rassure guère, alors j’essaie de comprendre comme je peux…Mais pas si c’est pour m’en expliquer ensuite. De toute façon, ce n’est pas la première fois que j’agis ainsi. Je noue nerveusement mes doigts ensemble alors que Dean finit par changer de sujet, certainement pour ne pas me mettre mal à l’aise, bien que parler du paradis ne m’enchante guère : tout est devenu beaucoup trop compliqué là-haut, j’en viendrais presque à regretter toute cette naïveté accumulée au fil des siècles, et délaissée depuis peu. Mais d’un autre côté j’étais bien redevable aux Winchester de m’avoir ouvert les yeux, car ce que je veux être, c’est tout sauf un pion insignifiant ou même un automate insignifiants que l’on peut déplacer à sa guise. Je me lève lorsqu’il récupère ma bière et réajuste mon trench en le voyant enfiler sa veste, n’étant pas très sûr de moi. Je lui pose alors une question des plus navrantes, et que je regrette d’ailleurs pas plus tôt sortie de ma bouche. Mais il ne faut pas m’en vouloir pour autant, ce nouveau pouvoir me rend encore plus nerveux que je ne le suis par nature. « - Oui, tu comptes pas rester là quand même ? Parce que je suis pas livreur.» J’esquisse un léger sourire mais ne peut dire si c’est pour le rassurer lui ou moi, avant de lui emboîter le pas en quittant son appartement.

Je prends place côté passager dans l’Impala mais je n’ouvre pas la bouche, non pas que je sois vexé ou que je ne trouve rien à dire – je trouve seulement ce silence reposant, avec quelqu’un d’autre je sais qu’il m’aurait très certainement mis mal à l’aise. Je laisse mon regard dévier vers la route, puis Dean, vers la route, et bizarrement, je n’ai envie de penser à rien, même plus de ces rôles auxquels nous nous sommes désormais liés. Je ne songe même pas à toute la ‘panique’ que je vais provoquer en entrant dans l’enceinte du bâtiment, comme la dernière fois, au parc. Peut-être parce que cette fois, je ne suis pas tout seul ? Mais quoi que je dise, l’arrivée au fast-food arrive un peu trop rapidement à mon goût, bien que je tente de ne rien montrer pour ne pas m’attirer les railleries de Dean. Quoi que…J’aime bien quand il se moque de moi parfois, j’ai l’impression qu’au moins je…Bref. Me raclant la gorge, je regarde les gens rassemblés autour de nous avec appréhension, m’empressant même de m’asseoir face à Dean lorsqu’il a trouvé une table. « - Tu sais déjà ce que tu souhaites prendre ou … » Je fronce un peu les sourcils et secoue la tête, mais est-ce que c’est vraiment indispensable… ? « - Je prendrais la même chose que toi, je t'en prie, fais-toi plaisir. » Ce que ma gorge peut être sèche! Je déglutis difficilement et relève le regard pour ne pas avoir à faire à celui, inquisiteur, de Dean, mais c'est en réalité une très mauvaise idée: certains mangent plus bruyamment et plus rapidement, d'autres parlent plus fort ou exhibent leur argent... « - Relax, t’es tendu comme un string, tu contrôles pas encore parfaitement tes nouveaux pouvoirs ?» Je sursaute en entendant le timbre de voix de Dean me sortir de mes observations. Je fais une petite moue et secoue la tête pour répondre par la négative, alors que des bruits plus que suspects nous parviennent du jeune couple qui était assis sur la banquette juste derrière nous. « - N-non...Je ne savais même pas que c'était possible. » Je transpire, j'ai chaud, mes pommettes s'empourprent et je ne me suis jamais senti aussi ridicule de toute ma vie...Il faut qu'ils arrêtent! Plongeant mes mains sous la table, je prends le petit anneau et le fait tourner un peu vers la droite, mais c'est pire, à mon plus grand désarroi. Faisant les gros yeux, je la remets à sa place initiale avant de lancer un regard à demi apeuré à Dean.

_________________
you put your arms around me,
and I'm home
Tell me all the things that I should know, please. Hold me close, and tell me not to fear, please. Tell me all the things I want to hear, please. I used to have such wings on other universe. I was a star, I felt so far, I did it all for you. I gave my grace, I gave my face, I did it all for you. So teach me how to be someone like you, please. I am so lost so tell me what to do, please. I used to know my part, and where it started, but now my heart is empty. Oh feelings, please.© CJ.Pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AdminouLa mort vous guette


▬ Date d'inscription : 07/02/2012
▬ Messages : 540
▬ Localisation : Dans ton c*l, troisième porte à droite.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Je suis surbooké(e) pour le moment.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Lun 28 Mai - 13:25

    Ce lien fort je ne saurais le décrire, ce lien fort il suffit de le vivre pour le ressentir car c’est tout simplement inexplicable. D’ailleurs, j’ai ce lien là seulement avec lui et avec personne d’autre, c’est tellement étrange, tellement bizarre car je n’ai jamais ressenti cela auparavant, ce qui m’effraye un peu …mais ce qui me rassure, c’est que je ne suis pas le seul, lui aussi doit se sentir bizarre. Très vite je me lève, je jette ma bière et je propose à Cas alors, s’il a envie de manger un bout. Pas que cela m’embête à le regarder dans le blanc des yeux –bon si peut-être un peu- mais disons que je commence à avoir la dalle, et même s’il ne peut rien contre moi, même si les pouvoirs de Famine ne me font rien, sauf s’il le souhaite, bah cela ne m’empêche pas de ne pas avoir faim, si seulement ! Mais on ne change pas les bonnes habitudes n’est-ce pas ?

    Je sens Castiel tendu comme un string quand on sort de l’Impala, bon d’un côté je le comprends mais je suis un peu surpris, d’habitude il est plus détendu et je sens que plus ça va, plus il stresse comme un malade. Encore heureux que je ne sois pas un vampire, vu les battements de son cœur à cet instant je suis sûr que je l’aurais dévoré tout cru. J’entre dans le restau rapide, prenant place près de la fenêtre, lui en face de moi et je ne sais pas trop quoi prendre mais, on ne change pas du coup je prendrais un hamburger au bacon et des frites. Je demande à Cas ce qu’il veut mais je suis un peu surpris, j’espère qu’il appréciera quand même parce que, ce n’est pas rien de ne pas manger puis de goûter quelque chose de nouveau ou que l’on a pas encore totalement goûter. Je passe commande à la serveuse mais je demande de l’eau pour Castiel, pas que je surveille sa ligne ou autre mais disons que deux pour lui c’est déjà trop, je pense. J’observe les gens autour de nous, silencieux mais je brise ce silence en lui demandant de se calmer et s’il ne contrôle pas ses pouvoirs, mais il me répond que non. Ah bah …on est pas sorti de l’auberge. Je grimace en entendant les bruits suspects derrière mon dos, j’ose alors me retourner avant de les voir à moitié de sauter dessus, se dévorer même puis je me remets face à Castiel l’observant, il n’a pas l’air vraiment à l’aise, à sa place et même rassurer. Je grimace et j’ignore ce qu’il fait mais il me lance un S.O.S rien qu’avec son regard bleu ciel, un peu perdu. Bon bah … Je me lève demandant à la serveuse simplement d’emballer les hamburgers puis je la remercie avant de revenir après avoir payé, je fais signe à Cas de venir, lui prend le poignet l’emmenant dehors, le faisant aller dans l’Impala puis je ferme la porte et j’attends qu’il vienne pour lui donner son hamburger et j’enlève l’emballage du mien, lâchant un petit soupire, regardant dehors, me mordant la lèvre. « Bon, la prochaine fois j’éviterais de t’emmener là dedans. » Au moins à l’avenir je le sais, au moins personne ne mangera personne, et ils s’étoufferont pas avec leur argent ni leur bouffe. Je croque dans mon hamburger, un peu pensif avant de baisser mes yeux vers ce dernier, je ne sais pas comment aider Castiel car je ne connais pas ce cavalier, je connais simplement le mien et vu ses pouvoirs cela doit être moins difficile que Famine qui est plus mauvais que la Mort. Pas que ce soit le plus gentil (enfin entre nous si, il a été clément avec moi et nous a donner la bague sans vouloir nous tuer) mais voilà, normalement, du moins j’espère que l’on peut contrôler ses pouvoirs sinon Castiel va devoir faire attention, très attention.

    Je reporte mon regard émeraude vers lui, l’observant dans les moindres détails mais il a l’air calme, il a l ‘air apaisé et surtout, il a l’air de se sentir mieux, ce que je comprends tout à fait, moi aussi à sa place je me serais inquiété. Je reste silencieux, même si je n’aime pas trop ce calme qui en dit trop long à mon goût, je croque une énième fois dans mon hamburger et vu ce qu’il reste, je fis une moue, je l’ai mangé trop vite, malheureusement. Je lâche un petit soupire avant de le finir puis je mets en boule le papier, essuyant mes lèvres et je tourne la tête en direction de l’Ange à mes côtés. « Désolé, j’ignorais que ça allait dégénérer. Tu te sens mieux ? » Bah, j’ai bien le droit de m’inquiéter non ? Puis c’est pas comme si c’était Castiel hein. Déjà que lui non plus n’était pas trop chaud pour l’idée des cavaliers, je n’ai pas voulu lui faire peur.




_________________

« I've never been afraid of any deviation. - And I don't give a damn 'bout my bad reputation. Never said I wanted to improved my station, an' I'm only doin' good when I'm havin' fun, an' I don't have to please no one. And I don't give a damn 'bout my bad reputation. » © SIGN BY ASAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-apocalypse.forumgratuit.org
avatar
AdminouCriez famine


▬ Date d'inscription : 08/02/2012
▬ Messages : 421
▬ Localisation : Probablement avec les autres.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Toujours partant(e) pour un RP, avec liens ou non.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Sam 9 Juin - 16:28

J'aurais aimé que le voyage dure un peu plus longtemps, mais malheureusement pour moi je vois la voiture ralentir bien trop vite à mon goût; en vérité, j'étais tellement nerveux à l'idée de me retrouver au beau milieu d'humains que même prendre la route pour plusieurs heures m'aurait tout autant paru trop court. Il faut que je me calme et que je me dise que tout va bien se passer..Après tout, ce n'est pas comme si j'étais tout seul! Dean est là et je lui fais confiance. Puis je n'ai pas mangé depuis longtemps, cela fera certainement plaisir à Jimmy. Poussant quand même un petit soupir, je descends moi aussi de la voiture et attend l'aîné des Winchester avant de me diriger peut-être exagérément lentement vers l'enceinte du fast-food. Respire, Cas...Tu as survécu en allant dans un club de striptease, tu peux bien rester une petite demi-heure dans un resto, et te concentrer sur la nourriture pour ne faire aucun dégâts...Oui, sauf que la dernière fois que j'ai rencontré Chasteté, j'étais non seulement tout aussi effrayé que maintenant, mais surtout, je n'avais pas la bague! Une fois entrés tous deux, je déglutis difficilement et suis Dean comme son ombre jusqu'à la table proche de la fenêtre, ou je prends place en face de lui. Les gens ont déjà commencé à changer. Pourtant je viens à peine d'entrer! Le bruit des cuillers se fait plus insistant, tout comme les conversations, et je ne parle même pas de ceux qui avaient de l'argent dans les mains, ou qui étaient en train de s'embrasser..Mais tout ça devient bien plus gênant quand des bruits bien évocateurs se font entendre à la table juste derrière nous. Sentant les joues de mon véhicule s'empourprer violemment, j'inspire profondément et retire la bague de Famine pour tenter de contrôler ses pouvoirs. Mais tout s'intensifie davantage. Je dois être maudit! Je garde les yeux baissés sur cet anneau, pourtant: peut-être que si je commence par me calmer, alors mes pouvoirs se calmeront eux aussi ? Oui, c'est une idée. Je ferme alors les yeux, essayant de faire le vide et de penser à un autre endroit qu'ici mais le raclement de la chaise de Dean me ramène bien trop rapidement à la réalité: lorsque j'ouvre les yeux, rien ou presque n'a changé, si ce n'est les sacs que portent Dean et son signe de tête pour que je lui suive à l'extérieur. Oh...C'est gentil de sa part. Ne me faisant pas prier pour quitter cet endroit, je me lève et sors avec bien plus d'entrain que j'étais entré avant de regagner ma place dans l'Impala.

Je prends hamburger qu'il me tend et le remercie d'un sourire, même si je ne me sens pas parfaitement innocent. « - Pardon de t'avoir ennuyé avec ça, Dean, seulement...Je crois qu'il faut que je m'y habitue, et il y avait trop de monde à l'intérieur. » Je lui fais un petit sourire et croque à mon tour dans mon hamburger, ne retenant pas un petit frisson de plaisir. C'est que ça fait longtemps! Heureusement qu'en étant Famine ce pouvoir ne m'atteint plus personnellement désormais; avec tous les burgers que j'ai pu ingurgiter, je suis certain que c'est la pire torture que Jimmy ait jamais connu...D'ailleurs je m'en suis bien rendu compte, avec l'étrange crise de foie dont j'avais été victime par son intermédiaire...Ne jamais gonfler l'estomac de son véhicule avec des kilos de malbouffe, j'ai retenu la leçon. J'espère que cette malheureuse expérience au contact des autres n'est due qu'à mon inexpérience en tant que Cavalier toutefois, et que je réussirai bien vite à gérer ce nouveau rôle. Car je veux agir; je n'ai pas accepté de porter cet anneau pour rester sagement assis à attendre que l'Apocalypse se produise, sous prétexte que les humains me font peur quand je suis dans les parages. Je reste alors silencieux, essayant de manger le plus proprement possible alors que Dean reprend la parole. « - Bon, la prochaine fois j’éviterais de t’emmener là dedans.» Je fronce un peu les sourcils et secoue la tête, souriant un peu. Me couper du monde ne mènerait à rien et ne ferait que conforter les autres dans leur idée que nous sommes incapables de mener nos rôles jusqu'au bout.
« - On ne pouvait pas savoir que ça serait aussi 'violent' pour une première fois, Dean. De toute façon il faudra bien que je retente l'expérience bientôt. C'est gentil à toi de ne pas m'avoir forcé à y rester... » Je n'imagine pas la tête que j'ai du faire en même temps, mais au club de strip il s'était bien amusé de la situation en me poussant même au ridicule...Sauter le pas et aller voir une fille, alors que je ne sais même pas comment on...Mais bref, là n'est pas la question.

Il est vrai que le silence demeurait quand même présent entre nous; il s'était imposé de lui-même, et bien que je le trouvais reposant, je sais que ce n'était pas tout à fait la même chose pour dire. Je commençais à le connaître par cœur, il ne s'était jamais senti très à l'aise lors de moments comme celui-là. Pourtant il n'y avait qu'avec cet humain-là que je me sentais apaisé en sa présence, même lorsqu'il n'y avait rien à dire. C'était bizarre à expliquer, mais je me sentais à ma place, je savais que je me trouvais là où je devais être, et que pour une fois, ne pas parler ne signifiait pas que j'étais de trop. Terminant à mon tour mon hamburger, je pousse un petit bruit, repu et tourne mon regard bleu vers Dean, ayant senti le sien sur moi. « - Désolé, j’ignorais que ça allait dégénérer. Tu te sens mieux ?» Je souris doucement devant son inquiétude avant de hocher la tête et de mettre en boule entre mes mains le sachet qui contenait autrefois mon hamburger. « - Je vais bien mieux, je te remercie. Et je te promets qu'avant la prochaine fois, j'essaierai de trouver un moyen de maîtriser le pouvoir de Famine. » C'était préférable en effet; faire du mal à d'innocentes personnes ne m'enchantait vraiment pas, mais alors si en plus je continue de leur en faire alors que limiter les dégâts pourrait être possible...Je crois que je ne me le pardonnerais pas. Il faut que je trouve Balthazar rapidement pour lui parler. Je ne le dis pas mais son silence-radio a plutôt tendance à m'inquiéter, et puisque l'on sait qu'il est aussi indifférent vis-à-vis des humains qu'il l'est de sa première gaffe...J'espère seulement qu'il n'a rien fait d'insensé ou qu'il ne s'est pas fait attraper. Rangeant tous mes déchets, je regarde ensuite en face de moi avant de ré-ouvrir la bouche pour poser une question qui me brûlait les lèvres depuis notre retour dans la voiture.
« - Dis-moi...Toi, comment est-ce que tu fais pour contrôler si bien tes pouvoirs ? » C'est vrai, des 4 Cavaliers il était celui qui était le plus avantagé, car il avait déjà eu à jouer ce rôle, mais aussi parce que son lien avec l'ancien n'était pas si tendu que cela...Ça a peut-être une importance, on ne sait jamais.

_________________
you put your arms around me,
and I'm home
Tell me all the things that I should know, please. Hold me close, and tell me not to fear, please. Tell me all the things I want to hear, please. I used to have such wings on other universe. I was a star, I felt so far, I did it all for you. I gave my grace, I gave my face, I did it all for you. So teach me how to be someone like you, please. I am so lost so tell me what to do, please. I used to know my part, and where it started, but now my heart is empty. Oh feelings, please.© CJ.Pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AdminouLa mort vous guette


▬ Date d'inscription : 07/02/2012
▬ Messages : 540
▬ Localisation : Dans ton c*l, troisième porte à droite.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Je suis surbooké(e) pour le moment.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Jeu 5 Juil - 21:23

    C’était tout simplement une mauvaise idée d’amener Castiel dans ce genre d’endroit, j’aurais dû y penser mais évidemment ce n’est pas très prévisible, cela ne l’était pas non, je n’y avais pas pensé moi qui contrôle plus ou moins mes pouvoirs. Pourquoi ? Disons que contrairement aux autres, j’étais, il fut un temps, plus proche du Cavalier de la Mort vraiment très gentil et très compatissant puis, j’ai déjà pris la place de la Mort une fois donc bon. Je secoue la tête face à ce que Castiel dit, le coupant même du moins, j’essaye. Je n’ai pas envie qu’il s’excuse, ce n’est pas vraiment de sa faute, je comprends tout à fait d’ailleurs. Je reste cependant silencieux, ce silence n’était pas pesant, au contraire c’était souvent comme ça et parfois notre silence en disait long, c’est comme si finalement on communiquait mais par ce silence là. Je mange à ma faim, non pas parce que Famine est à côté de moi, de toute façon je ne pense pas que ses pouvoirs puissent m’affecter, de toute façon, s’il aurait pu, il m’aurait affecté depuis fort longtemps alors, non, je ne pense pas. Je reporte mon attention vers l’angelot quand il reprend la parole et me contente simplement de l’observer, de le regarder pour un simple « c’est normal » car disons que je ne voulais pas non plus aggraver la situation même si elle était plus ou moins drôle mais Dieu seul sait combien les pouvoirs de Famine font des ravages, les humains peuvent se manger entre eux, beurk. Je pense que, depuis toute son existence, Castiel n’a jamais subi autant, d’un côté tant mieux au moins il apprend les choses de la vie, de la vraie vie.

    J’ai peur. J’ai peur car Castiel ne contrôle pas le pouvoir de Famine, et s’il ne sait pas le contrôler j’ai peur pour la suite, j’ai peur de ce qui pourrait arriver, s’il n’arrive pas, si Balthazar lui non plus n’y arrive pas, si Sam n’y arrive pas …comment fera-t-on ? Je suis entrain de me remettre en question, et si Ruby avait vu juste ? Et si …elle avait tout simplement raison ? Je suis perdu oui, pour la première fois de ma vie, je suis perdu dans mes idées, je ne sais pas ou plus quoi faire mais, je sais qu’il ne faut pas que je perde confiance, il ne faut pas baisser les bras, c’est ce qu’ils attendent, et franchement ils seront bien trop fier pour sa. Je lâche un long soupire sortant de mes pensées avant de tourner la tête vers Castiel histoire qu’il ne se doute de rien, qu’il ne lise rien non plus dans mon regard, j’ai toujours fait en sorte d’être fort, d’être le meilleur, d’aller bien comme toujours. Je sursaute un peu à sa question qui me surprend, à dire vrai, je ne m’y attendais pas. Je souris lentement avant de hausser les épaules.

    « Je l’ignore moi-même …vraiment. Je pense que c’est dû au fait que j’ai déjà eu le droit à avoir un avant-goût. La Mort a été très clémente avec moi, tu sais. »

    Puis, d’un côté je retiens si bien les choses, donc c’était quand même favorable, je suis tout à fait d’accord et puis, ce cavalier m’a permis de voir que la Mort n’est pas aussi détestable que l’on pourrait le croire, au contraire c’est une personne comme les autres même voir plus faible et qui ne se donne jamais à cœur joie d’ôter la vie des autres ce qui n’est pas une chose facile et ça, je ne peux que l’approuver. Je prends ensuite les déchets et sort de la voiture, pour les jeter à la poubelle puis je reviens avant de monter à bord de ma jolie caisse puis tourne la tête en direction de Castiel.

    « Tu veux aller quelque part ? Autre qu’un lieu public, sa c’est sûr…ou alors tiens, j’ai une idée, que penses-tu de retourner voir des filles et les laisser se jeter sur toi hein ? Roh c’est …Castiel, tu ne sais pas la chance que tu as, j’en aurais profité ! »

    Dis-je amusé en voyant la moue que pousse l’ange puis je démarre ensuite, allumant la radio avec un petit air de Dire Straits tout en tapant sur le volant m’amusant, préférant mettre nos problèmes pour le moment de côté et m’éclater entre parenthèse, qu’importe si l’ange qui est là me trouve un peu barje, disons que je suis humain et que j’ai mes moments de folies. J’ai envie de rouler, les longs chemins me manquent, surtout avec Sam. J’appuie sur l’accélérateur quittant la ville empruntant la grande route, roulant vite.

    « Le Diable, on l’aura, nous sommes les meilleurs et sa Castiel, n’en doute jamais. Nous avons ce quelque chose que les autres n’ont pas. Le Diable, on l’enverra dans les étoiles. »

_________________

« I've never been afraid of any deviation. - And I don't give a damn 'bout my bad reputation. Never said I wanted to improved my station, an' I'm only doin' good when I'm havin' fun, an' I don't have to please no one. And I don't give a damn 'bout my bad reputation. » © SIGN BY ASAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-apocalypse.forumgratuit.org
avatar
AdminouCriez famine


▬ Date d'inscription : 08/02/2012
▬ Messages : 421
▬ Localisation : Probablement avec les autres.


▬ Once upon a time.
ㄨ Tes relations:
ㄨ Disponibilité RP: Toujours partant(e) pour un RP, avec liens ou non.
ㄨ Où en es-tu en ce moment :

MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. » Sam 14 Juil - 15:51

Je tourne la tête vers lui en même temps qu'il le fait pour moi, lorsque je l'entends soupirer; je n'ai pas le temps de lui demander ce qui ne va pas -bien que ça me paraisse plutôt évident-, qu'il s'est déjà reconstruit un visage impassible. En temps normal, je suis capable de lire en lui, mieux qu'un autre ange pourrait le faire d'ailleurs; ses doutes, ses angoisses, ses questions. Mais maintenant que je l'avais habitué à cela, il avait trouvé depuis quelques temps de bien belles ruses pour m'en empêcher. Pourtant, je savais au fond de moi comment il se sentait - comme si un lien invisible nous reliait. Il paraît que c'est ce que ressentent la plupart du temps les anges qui ont la charge d'un humain. Si je ne voulais pas y croire lorsque j'ai chuté, je me suis maintenant rendu compte que c'était la stricte vérité. De plus, j'ai également eu l'occasion de constater que comme Gabriel me l'avait maintes fois répété: il est plus facile de s'attacher durablement aux humains qu'à tous les autres qui nous servent de 'frères'. J'ouvre ma bouche pour lui dire quelque chose mais aucun son n'en sort; je sens seulement les muscles de Jimmy s'étirer en un sourire à la fois gêné et compréhensif - j'aurai aimé trouver les mots pour le rassurer, trouver quoi dire pour que ça fasse peut-être une petite différence, mais rien ne venait. Il faut croire que la communication n'était définitivement pas faite pour moi. Je baisse un peu mon regard, légèrement honteux de cette passivité de ma part, pour finalement les relever lorsque Dean finit par confirmer ce que je pensais tout bas. « - Je l’ignore moi-même …vraiment. Je pense que c’est dû au fait que j’ai déjà eu le droit à avoir un avant-goût. La Mort a été très clémente avec moi, tu sais. » Je hoche doucement la tête avant de lui faire un petit sourire. « - J'aurai peut-être du apprendre à connaître Famine, moi aussi..Même si en y réfléchissant bien, il aurait pris un malin plaisir à me faire me goinfrer de tout et n'importe quoi devant lui plutôt que de répondre à mes questions. » Dis-je en lâchant un petit rire.

Je le laisse reprendre mes papiers usagés et le suis des yeux avant de lâcher un petit soupir de contentement, qui ne provenait pas vraiment de moi mais de Jimmy lui-même, j'en jurerais; ses repas sont tellement rares, le pauvre. Mais je ne suis pas aussi simplet qu cela pour me sentir rassuré par un simple sandwich - même si beaucoup de démons aimeraient croire l'inverse. J'ai toujours autant d'appréhension quant à ce qui va se passer dans les jours, les mois qui suivent, et peut-être même les années, mais je ne voulais pas y penser ce soir. J'y réfléchissais beaucoup trop. Évidemment que nous devions prendre notre rôle à cœur, assumer ses choix et ce qui paraît être des erreurs pour d'autres, mais ce soir, je n'en avais tout simplement pas envie. Pour la première fois, j'aurais voulu être un autre, pas un ange non, un humain ordinaire qui n'a aucune connaissance du surnaturel, et qui vit sa vie comme tout un chacun, et prétend que l'Apocalypse n'est que l'invention de quelques fous. Mais voilà. Ce n'était pas si simple: j'étais Castiel. Celui sur qui on comptait, autant que moi je comptais sur d'autres. Je sursaute en entendant de nouveau la voix de Dean interrompre le fil de mes pensées; je ne l'ai même pas entendu entrer dans la voiture. « - Tu veux aller quelque part ? Autre qu’un lieu public, sa c’est sûr…ou alors tiens, j’ai une idée, que penses-tu de retourner voir des filles et les laisser se jeter sur toi hein ? Roh c’est …Castiel, tu ne sais pas la chance que tu as, j’en aurais profité ! » Mes yeux s'écarquillent de plus en plus au fur et à mesure de sa tirade et je secoue la tête, il n'y a pas de négociation possible, je ne remettrai plus jamais les pieds dans un endroit pareil. Et surtout pas en étant Famine, je n'imagine même pas de quoi elles seraient capables sur ma personne...Mon dieu. VRAIMENT hors de question que j'y retourne. « - Chastity ne me manque absolument pas si c'est ce que tu veux savoir. Et je ne tiens pas à être violé ou trouvé dévoré comme le jeune couple que toi et Sam aviez trouvé, Dean. » J'esquisse tout de même un petit sourire en le voyant amusé. Il y a tellement longtemps que je ne l'avais pas vu rire, que cette fois, je n'ai même pas envie de le reprendre parce qu'il évoque cet épisode humiliant de ma vie sur Terre. J'ai même envie de le voir encore sourire.

Je suis son geste des yeux avant de reporter mon attention sur la route; si au début, le Castiel froid et distant à l'égard de tous humains se serait agacé de cette musique, j'y étais habitué à présent: elle faisait partie intégrante de sa personne, et je ne voyais cela plus que d'un bon œil. Il ne l'avait pas mis comme pour couvrir un silence gênant. Comme diraient les humains, je dirai plutôt que c'était la cerise sur le dessert...non..Le fruit ? Non plus, ça serait stupide, euhm..Réfléchis, Castiel. Le gâteau! Oui, voilà ! Le fond sonore, ce n'était rien de plus que la cerise sur le gâteau; comme si rien ne pouvait nous arrêter, comme s'il n'y avait plus que nous deux, et la nuit sur cette route. Je n'avais aucune idée de là où nous allions, mais je ne m'en formalisai pas pour autant. Je le regarde et fronce un peu les sourcils en le voyant pousser sur l'accélérateur, mais je ne rajoute rien pour autant; je sais à quel point il n'aime pas être dérangé lorsqu'il conduit. Des rares trajets que j'ai effectués dans l'Impala, voilà la leçon que j'en retiens - pour tout dire, c'est mes questions sur l'attitude des humains à l'extérieur qui l'agaçaient; mais pour ma défense, il faut bien avouer que l'on croise de bien étranges spécimens parfois, non ? J'appuyais un peu plus mon dos contre le dossier du fauteuil alors qu'il ne tarda pas à reprendre la parole, rompant quelque peu l'harmonie qui résonnait du moteur du véhicule. « - Le Diable, on l’aura, nous sommes les meilleurs et sa Castiel, n’en doute jamais. Nous avons ce quelque chose que les autres n’ont pas. Le Diable, on l’enverra dans les étoiles.» Je le regardai du coin de l’œil et imperceptiblement, je souriais. Pour la première fois depuis que ces bagues avaient pris possession de nous, je voulais y croire, croire que l'on a toutes les chances de s'en sortir, croire que la décision que nous avions pris était la bonne, et que si les autres essayaient tant de fois de nous prouver le contraire, c'est qu'ils avaient peur. Je voulais croire et penser que c'était eux, les faibles, et pas nous. Croire que la roue avait enfin tourné. Car sur cette route, tout semblait enfin possible.

_________________
you put your arms around me,
and I'm home
Tell me all the things that I should know, please. Hold me close, and tell me not to fear, please. Tell me all the things I want to hear, please. I used to have such wings on other universe. I was a star, I felt so far, I did it all for you. I gave my grace, I gave my face, I did it all for you. So teach me how to be someone like you, please. I am so lost so tell me what to do, please. I used to know my part, and where it started, but now my heart is empty. Oh feelings, please.© CJ.Pomme'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dean&Castiel « I need to speak to you. »

Revenir en haut Aller en bas
 

Dean&Castiel « I need to speak to you. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dean Moriarty
» Dean Thomas ( Parti )
» castiel ▬ HURRICANE.
» Loterie Dean Youngblood
» (D5) here's some advice. (CASTIEL & AMELIA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Corbeille-