AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De nombreux PVs et avatars encore disponibles!
Si vous avez un compte PRD/Bazzart, laissez donc un petit mot sur les pubs! ici & ici ♥️
La deuxième version du forum arrive très bientôt!

Partagez | 
 

 Cock' ◙ Gas and blood, is all I've got.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


▬ Date d'inscription : 07/04/2012
▬ Messages : 128
▬ Localisation : Partout, mais surtout derrière toi


MessageSujet: Cock' ◙ Gas and blood, is all I've got. Sam 7 Avr - 21:13


Loïne-Jennifer Cocklahène Mikaelson

" Est-ce que tu as déjà envisagé la possibilité que...Tu crains ?"



Hey ! Je m'appelle Cocklahène mais on me surnomme Cock. J'ai 339 ans, et je suis né(e) à Paris, en France. Je suis veuve et fort heureusement et puis, si vous voulez savoir je suis hétérosexuelle. Je travaille en tant que butineuse de sang professionnelle depuis un certain temps mais que voulez-vous, il faut bien que je gagne ma vie non ? Sinon je fais parti des vampires et j'en suis très fiere. Pour ce qui est des pouvoirs, je n'en ai pas; mon grand âge m'a seulement permis d'obtenir une puissance et une rapidité bien plus conséquentes qu'auparavant. Vous savez, on me confond souvent avec Dianna Agron mais je le prends très bien car je suis sûr que beaucoup aimeraient lui ressembler. Sinon, devenir vampire n'a jamais été un choix de vie, loin de là d'ailleurs, mais c'est comme tout, à la longue, on parvient à s'y faire...Ou pas.



Histoire

J’ai longtemps cru que ma naissance n’était utile que pour servir une seule et unique cause : l’honneur de ma mère. Car en effet, toute ma vie ne repose que sur une valeur humaine dépourvue de sens à mes yeux désormais : l’amour. Qui l’eût cru ? Fille de noble lignée, je devais en effet respecter tous les codes de la Cour ; le château de Versailles qui m’avait vu grandir n’eut bientôt plus de secret pour moi, je le connaissais comme ma poche. Mon éducation s’était essentiellement basée sur la religion et les codes de courtoisie ; par exemple, je ne devais accorder la parole à un homme autre que mon père que lorsque cela était nécessaire, et ne devais en aucun cas me montrer désireuse d’un époux. Celui-ci m’était de toute manière déjà assignée depuis mon plus jeune âge. Il était fils d’un grand Duc de Normandie et notre union devrait promettre les plus beaux et plus puissants descendants. Notre famille allait connaître un nouveau souffle, par une génération encore plus conséquente que celle que nous étions. Mon avis ? Qui aurait eu ne serait-ce qu’une seconde l’idée de demander l’opinion d’une jeune fille de cette époque ? Je vous rappelle que nous étions au XVIIIème siècle. C’était normal, et quiconque aurait eu son mot à dire se serait rapidement retrouvé exilé ou exécuté. Je n’avais absolument pas le droit à l’erreur et j’aurai pu faire en sorte de mettre ma famille sur un piédestal si seulement ma Destinée s’était accomplie jusqu’au bout. Si j’étais devenue la Duchesse de Normandie. Mais vous imaginez bien que ma vie a été bien plus compliquée que cela, sinon, je ne serais pas entrée en de pareils détails. En effet, un des sujets de mon père et moi-même partagions la même passion : celle des histoires horrifiantes. Par exemple, nous adorions passer notre temps, chaque de notre côté, à observer la nuit tombée la lune, à vouloir entendre le hurlement des loups au loin, à sursauter à chaque craquement de brindille, à retenir son souffle lorsque la branche d’un arbre venait taper contre l’une des fenêtres du château. Une passion qui ne convient pas à une jeune fille de bonne famille. Bientôt, mon lourd secret se découvrit ; je ne sais quelle langue traîtresse finit par me trahir mais croyez-moi, si ça avait été le cas, je n’aurai pas hésité une seule seconde avant de le faire taire, par tous les moyens. Bientôt, cette rumeur remonta jusqu’aux oreilles de mes parents, et je dus en répondre : malheureusement, mon éducation avait été si pure qu’à cette époque, mentir n’était pas encore dans mes cordes. Berk…Quand j’y pense, il me dégoûte, l’être faible que j’étais. Alors, il m’a fallu affronter la vérité en face et tout avouer : je courrais à ma propre perte. A peine une semaine plus tard, on me traitait de sorcière et le Duc avait annulé le mariage, scellant ainsi le déshonneur et la honte sur toute ma famille, et ce pour des siècles à venir. La raison ? J’étais la première à échouer dans la bonne tâche d’être en passe de devenir une bonne femme, tout simplement. Et dans la dernière ligne droite, en plus ; encore plus honteux. Le sujet fut destitué de ses fonctions, et moi, promise à l’exil. Aux yeux de tous, du jour au lendemain, je devais ne plus exister.


Commença alors une longue période de vagabondage, dans laquelle je mentais à quiconque pouvait se trouver sur ma route ; à chaque mensonge qui franchissait mes lèvres, c’était une part de mon histoire qui s’en allait. Je voulais être différente et l’être jusqu’au bout, puisqu’on m’a si bien prouvé que j’ai grandi dans une idée que je n’aurais jamais pu atteindre ; échouer si près du but…Quoi que, ma vie actuelle n’est pas un si grand échec que cela. Je n’étais pas une fille de joie mais je ne me laissais pas indifférer par le charme des hommes, toujours en ne leur laissant aucune chance de me donner, bien sûr ; puis à l’orée de mes 17 ans, advenu ce qui devait l’être à cette époque : je tombais enceinte. Je me souviens de ces 9 mois comme les plus longs de toute ma vie, partagée entre l’angoisse de l’attente, la honte de ne pas savoir qui était exactement le père, mais aussi l’excitation de tenir mon premier enfant dans mes bras. Elle ne devait pas avoir la même vie que j’avais eue jusqu’ici. Je trouverais un travail respectable, je le gâterai, cette petite princesse, bien loin des palais et des cours, elle sera la mienne, mon petit cadeau du ciel, ma nouvelle chance de continuer notre vie à deux. Comme vous devez certainement vous en douter, ma vie semblait toute construite sur des ‘Mais’, un happy-ending aurait donc fait tâche dans le paysage. Après la naissance de ma petite fille, vint aussi la rencontre d’un homme, cet homme qui me transforma en vampire ; j’étais tombée éperdument amoureuse de lui, alors qu’il ne voyait en moi qu’une cible facile, une manière comme une autre de créer d’autres espèces de sa race qui commençait peu à peu à prendre jour. Tout était tellement différent, inquiétant et terrifiant à la fois. Ma fille, c’est moi-même que j’ai décidé de ne plus la garder ; ça a été un nouveau déchirement mais c’était mieux ainsi ; je ne voulais pas prendre le risque de la blesser. Et puis, lui, qui était resté près de moi, ne cessait de me répéter que les vampires se devaient de se détacher du commun des mortels ; nous ne devions plus éprouver aucun sentiment, aussi positif ou négatif qu’il puisse être. J’ai longtemps été tentée de lui tenter si alors son attachement pour moi était réel ou si je n’étais au final, humaine ou vampire, toujours qu’un simple moyen de perpétuer sa lignée. Je crois que si je ne l’ai jamais fait, c’est parce que j’ai évidement toujours eu trop peur de sa réponse. Plus le temps passait, plus je sentais que ça montait en moi. Je bouillais. Cette répulsion pour les humains commençait à faire partie intégrante de ma personne et j’attaquais alors sans aucune peur, sans aucun remord. Je prenais même plaisir à voir la peur se refléter dans le visage de mes victimes. Mais bientôt le folklore vampirique prit de plus en plus d’ampleur et c’est ainsi que je perdis sous mes yeux celui qui m’avait crée : j’ai vu son cœur arraché, sa tête coupée. Et le pire dans tout ça, c’est que je n’avais absolument rien pu y faire : astucieusement, je m’étais réfugiée parmi les villageois, me faisant passer pour une pauvre paysanne effrayée de ces êtres-froids. Je ne l’ai pas trahi, non…J’ai protégé ma vie. Et c’est toujours ce qu’il m’avait rappelé de faire en cas de situation d’urgence. Je traversais indéniablement les siècles ainsi, renversant les bouts de mon histoire derrière moi, sans jamais me retourner, me servant des autres comme on l’avait fait de moi.



Ah, ma période punk, mes meilleures années, par contre ! Là où les vampires avaient soudainement décidé de s’unir dans la décadence et l’anarchie, là où la vie humaine n’avait pas le moindre sens et où les humains, par fascination pour nous, se laissaient beaucoup plus facilement avoir par nos petits tours. Puis, durant un période, rien du tout, le calme plat. J’ai été contrainte de faire la morte pendant des années et des années encore, pour pouvoir être sûre de sauver ma vie. Je ne voulais pas finir avec la tête arrachée et le cœur hors de mon corps, bien que celui-ci se soit arrêté de battre depuis bien longtemps. Mais à présent que le climat s’y présente, je suis certaine que tout va aller bien mieux : l’apocalypse est aux portes de ce monde et personnellement, je ne compte pas rester tranquille, que ce soit avant, pendant, ou même après.




Caractère

Huit lignes minimum Je ne suis plus douce, gentille ou fragile comme je l’étais autrefois…Quelle horreur ! Non, je sais être manipulatrice et orgueilleuse. Ma longue vie m’a bien appris qu’il n’y avait que comme cela que l’on était à peu près sûr de mener tous ses plans à bien. L’art du mensonge est aussi l’une de mes qualités, mais j’ai toujours du mal à ne pas m’embrouiller avec les scénarios que je peux créer ici-et-là ; malheureusement pour moi, je ne peux modifier la mémoire des gens que je croise à ma guise, car sinon, je m’y serais donnée à cœur joie, et alors personne n’aurait jamais su mon nom exact, ni ma réelle nature. Mais si auparavant je pensais qu’être devenue vampire était une tare, j’en suis aujourd’hui fière…Ou plutôt, je tente de me montrer en tant que telle. Les vampires sont tellement puissants, supérieurs et dominateurs, que je ne peux me permettre de laisser une seule faille s’apercevoir dans ma personnalité. Au risque de surjouer mon rôle parfois, au moins, on ne peut pas dire de moi que je suis une mauviette, ou une autre foutaise de ce genre.


Je suis curieux ..

Pseudo: Lapoudredeperlinpinpin
Âge: 1*
Comment as-tu découvert le forum? Avoues que tu rêves de le savoir ?!
Que pense-tu du forum? JE L'AIME! ♥️
Présence sur le forum: 5/7j
Code du règlement:
code by © Lancy Orca de http://www.twi-art.net/ revisité par Extasy



Dernière édition par LJ. Cocklahène Mikaelson le Lun 9 Avr - 20:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▬ Date d'inscription : 26/03/2012
▬ Messages : 151
▬ Localisation : Partout où tu vas, j'y suis. Je suis quelqu'un de très collant quand je m'y mets, surtout quand il s'agit de t'avoir.


MessageSujet: Re: Cock' ◙ Gas and blood, is all I've got. Sam 7 Avr - 21:16

Re-Bienvenue I love you
Tu connais la maison, bonne chance pour la suite de ta fiche Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▬ Date d'inscription : 07/04/2012
▬ Messages : 128
▬ Localisation : Partout, mais surtout derrière toi


MessageSujet: Re: Cock' ◙ Gas and blood, is all I've got. Dim 8 Avr - 17:28

Merci beaucouuup
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cock' ◙ Gas and blood, is all I've got.

Revenir en haut Aller en bas
 

Cock' ◙ Gas and blood, is all I've got.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le registre de Time of Apocalypse :: Validé, on se revoit très vite !-